AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: L'Espace :: Planètes :: Xandar
help, i'm alive. (peter&gamora)
avatar

Nom de code : the fearest woman of the galaxy.
Pouvoirs : none.

Ven 31 Aoû 2018 - 9:04
help, i'm alive.
starmora.

« i tremble. they're gonna eat me alive. if i stumble, they're gonna eat me alive. can you heart my heart beating like a hammer? help, i'm alive, my heart keeps beating like a hammer. hard to be soft, tough to be tender.»
Elle était là Gamora.
Endormis, dans ce lit dans lequel les Xandariens, ou en tout cas, ce qu'il en restait, l'avaient mit. C'est eux qui l'avait trouvé, tandis qu'elle était blessés et incapable de mettre de l'ordre dans sa tête. Gamora, elle était perdue, les larmes qui coulaient sur ses joues tandis qu'elle n'avait que le souvenir d'avoir été balancée du haut d'une falaise. Mais de ce qui avait suivi, elle savait pas, et elle avait paniquée, tandis qu'elle tenait à peine debout. Alors quand un Xandarien l'avait trouvé, il s'était empressé de la ramener directement sur ce qu'il restait de cette planète et ils s'étaient simplement occupé de prendre soin d'elle. Autant dire que depuis qu'ils avaient arrêté Ronan, les habitants de cette planète leur était plus que reconnaissant, et qu'ils avaient besoin d'eux. La galaxie avait besoin de ses gardiens, surtout dans ces temps sombre. Sauf que Gamora, ouais, elle tenait plus debout, elle arrivait même plus a remettre ses idées en place.

Si ils avaient tenté de la calmer, elle, elle y arrivait pas. Ca ressortait. Elle avait pas pleuré depuis tellement longtemps Gamora, mais depuis Knowhere, elle arrêtait plus. Y avait eu tellement de choses. Ses démons ressortaient, s'amusant à lui torturer l'esprit, à contrôler ses songes. Et Gamora, elle le supportait pas. Sa tête allait explosé, elle le sentait. Parce qu'en étant avec les gardiens, les choses s'étaient calmées. Doucement, mais certainement. Elle dormait mieux, apprenait à mieux vivre, à réellement vivre. Puis y avait Peter qui avait participé à faire d'elle c'qu'elle était devenue aujourd'hui. Elle était différente Gamora, et elle méritait probablement plus ce statut de femme la plus dangereuse de la galaxie. Elle avait des attaches, des gens à qui elle tenait, pour qui elle se battait. Elle avait un vrai but, autre que survivre. Et ça Gamora, elle avait jamais connu autre chose que sa propre survit. Faire ce que Thanos lui demandait parce qu'elle avait peur, parce que son instinct de survis lui disait, lui ordonnait de le faire. Aujourd'hui, Gamora, elle savait ce que c'était, de tenir à quelqu'un et d'elle même compter. Ils avaient beau l'insupporter parfois, ils étaient tout ce qu'elle avait. Une famille. Si on omettait le fait que Peter, il était plus ou moins devenu son centre de gravité. Elle avait besoin de lui, parce que lui, il avait été salvateur pour elle. Et si elle avait pu tenir, jusqu'au jour où elle admit les non-dits, depuis ce soir là, elle savait qu'elle avait franchit le point de retour. A partir de l'instant où elle s'ouvrait à lui sur son ressenti, elle pourrait plus faire marche arrière. Jamais. Et c'est probablement pour ça que la solitude, elle la vivait si mal. Trop mal.

Elle avait besoin de repos, et le manque de sommeil, le fait d'être aussi fatiguée n'aidait en rien à cette pseudo guérison. Alors ils lui avaient injecté des sédatifs pour qu'elle dorme. Et autant dire que dormir, elle l'avait fait. Prêt de vingt quatre heures non stop. Elle en avait besoin, terriblement besoin. Parce qu'elle était tellement brisé psychologiquement qu'elle arriverait pas à s'en remettre entièrement physiquement si elle laissait pas son corps avoir le quota de sommeil dont il avait besoin. Pas le stricte minimum comme elle était habituée à faire, comme elle était habituée à avoir. Une vraie nuit de sommeil, qui faisait plus de quatre heures. Autant dire qu'avec vingt de plus, ça reposait effectivement.
Pourtant, elle se réveille en sursaut. La fatigue, mélangée à son manque de coordination après avoir dormis si longtemps la fait presque paniqué. Elle souffle, prend une grande aspiration et la voilà qui remet peu à peu ses idées en place. Fatiguée d'être là, allongée depuis trois jours et véritable femme d'action, elle décide de se lever. Elle débranche ses trucs auxquels elle est rattaché et elle s'extirpe difficilement de ce lit de soin sur lequel elle était attaché. Elle se redresse sur ses pieds, et bien rapidement, elle se rend compte que ouais, elle est encore faible. Elle avance jusqu'à la salle de bain annexe et ouvre le robinet avant de mettre de l'eau dans ses mains et de les passer sur son visage. Un regard vers son reflet et elle se rend compte qu'elle a toujours une sale mine. Un teint plus clair que d'ordinaire, des cernes peu négligeables et pire encore, des joues plus creuses que d'habitude. Elle est déjà pas bien grosse la zen-whoberi, en plus de ça, elle a perdu du poids. Un soupire sort d'entre ses lèvres tandis qu'elle titube en dehors de cette salle de bain annexe et qu'elle ouvre la porte de cette chambre. Il fait nuit dehors, à en jugé par le ciel sombre qui apparaît derrière ces grandes baies vitrées. Et y a personne.

Elle s'extirpe, doucement de cette chambre tandis qu'elle avance, dans cette pseudo robe de soin qui lui va beaucoup trop grande. Elle observe autour d'elle, le regard vif, comme si elle était de nouveau cette gamine effrayée qui vagabondait dans le vaisseau de Thanos. Enfin,  cette gamine, elle était jamais vraiment partie.
Elle avance, pendant de longues minutes. Et ce n'est qu'après une quinzaine de minutes qu'elle entend des voix provenir d'une pièce annexe, probablement une salle de réunion. Elle décide de pas écouter la belle, parce que c'est pas dans ses habitudes, alors elle, elle continue sa route, jusqu'à ce que la voix féminines évoque quelque chose qui l'interpelle. « … Elle semble exténuée. Elle a refusé de nous dire ce qui s'est passé après qu'on l'ait trouvé sur Vormir. Elle refuse de dormir et presque de s'alimenter. On a du la mettre sous sédatifs et la nourrir par perfusion... » et ça continue, de parler de son cas, simplement. Elle fronce les sourcils Gamora, avant de se retourner et revenir sur ses pas, dans la discrétion ultime. Elle penche sa tête pour observer dans l'ouverture de cette porte et elle voit cette femme, qui s'était simplement occupé d'elle après avoir atterrit ici. « Tu sais qu'écouter aux portes ça se fait pas hein ? » elle sursaute tandis qu'elle reconnaît cette voix. Elle voit alors le raton laveur devant elle, les bras croisés avec la mâchoire légèrement redressé fier d'avoir pu enfin prendre la zen-whoberi dans une position déplaisante. « Hey. » qu'elle dit simplement. « Heureux de te voir entière. » qu'il répond, et il sonne sincère. Sauf que Rocket, il montre jamais son affection, sauf à Groot. Il s'est passé un truc. « Comment vous avez su que j'étais là ? » « Les Xandariens nous on envoyé un message d'urgence. Autant te dire que quand ils ont dit pourquoi, Quill a pas vraiment prit le temps de me consulter pour qu'on vienne te chercher. De toute manière j'aurais fait pareil. » Elle fronce les sourcils. « Te consulter ? » Il reste silencieux Rocket, tandis qu'elle s'attend au pire. « Aucune trace de Drax, Groot ou Mantis. » Ca lui brise le cœur a Gamora. La moitié de l'équipe est manquante. Bordel. Elle baisse le regard, attristé avant que le raton laveur commence à reprendre sa route. « J'vais m'occuper de ravitailler le vaisseau. Tu devrais rentrer. Il sera probablement soulagé de voir que tu tiens sur tes deux jambes. » elle le laisse filer, et ce n'est qu'après quelques secondes qu'elle reste là, toute seule, le temps de réaliser. Elle se retourne, tandis qu'elle entend encore que ça parle d'elle, et elle pousse doucement la porte qui grince, cet air presque coupable au visage. Elle est là cette gamine, presque en attente d'une sentence pour s'être déplacée. Comme quand elle avait que huit ans. Et si la silhouette féminine se retourne pour lui parler, lui dire qu'elle devrait probablement être encore en train de dormir, elle s'en fou Gamora, parce que tout c'qu'elle voit c'est Peter. Y a même un sourire, triste après c'qu'elle vient d'apprendre, qui naît sur ses lèvres. Et elle avance jusqu'à lui, pour finalement se laisser simplement tomber dans ses bras. Et ça lui fait du bien. Ca lui fait du bien, de sentir son odeur, ses bras autour d'elle, d'être contre lui. Parce qu'elle avait tellement besoin de lui la zen-whoberi, surtout en ces temps aussi sombre.
 
(c) DΛNDELION

_________________

without you, i feel broke like i'm half of a all, without you i've got no hand to hold. without you, i feel torn like a sail in a storm. without you, i'm just a sad song.(c) tiny heart.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 28
Nom de code : Star-Lord
Pouvoirs : Résistance, récupération et performances améliorées. Combattant, tireur d'élite et voleur expert. Pilote qualifié.
Du Texte :
Guardian of the Galaxy


Mar 4 Sep 2018 - 0:32
help, i'm alive.
starmora.

« i tremble. they're gonna eat me alive. if i stumble, they're gonna eat me alive. can you heart my heart beating like a hammer? help, i'm alive, my heart keeps beating like a hammer. hard to be soft, tough to be tender.»
« Je vous ai ordonné, de me laisser la voir. Je ne vous l'ai pas demandé ! Vous captez la nuance ou 'faut vous la montrer ? »

Fort heureusement, le raton laveur s'interposa de justesse entre le Xandarien et Peter, furieux qu'on ne lui laisse pas la possibilité de voir Gamora sur le champ. Lui qui a l'impression de vivre un cauchemar incessant depuis l'arrivée de Thanos et surtout, depuis qu'il a appris la mort de Gamora. Son monde s'est effondré. Son cœur a implosé et la douleur fut quasi comparable à celle qu'il a ressenti lorsqu'il a perdu sa mère. Si ce n'est pire... Car il n'a pas réussi à tenir sa promesse et n'a même pas su empêcher Thanos de partir avec elle. A cause de sa lâcheté, le Titan Fou a dû lui faire connaître l'Enfer la souffrance. A cause de lui, tant de choses ne seraient jamais arrivées... Le Star-Lord, d'ordinaire si enjoué et pétillant, est comme mort intérieurement, depuis tous ces événements. Écrasé sous le poids de la culpabilité et de bien trop de choses dont il est clairement responsable. Bien que ses alliés tentent de le persuader du contraire, l'entêtement de Quill est bien plus forte. La preuve en fut d'ailleurs évidente, quand il apprit que sa belle martienne verte n'est en réalité pas morte, par on ne sait quel miracle. Cela eu l'effet d'un gigantesque rayon de soleil transperçant les ténèbres dans son esprit. Alors évidement qu'il n'allait pas se faire prier pour la retrouver.

Cependant, il se devait d'accepter le fait, qu'il allait devoir patienter un peu. Fort heureusement que Rocket a suffisamment de tempérament pour "apaiser" et rassurer Peter. C'est donc à contre cœur, mais comprenant certainement l'état critique de Gamora, que Peter patienta... « Décidément... dès qu'il s'agit de Gamora, tu deviens définitivement incontrôlable toi ! » La tête enfouis entre ses mains, Peter redressa le menton en jetant un regard menaçant à Rocket. Qui baissa aussitôt les oreilles. « Bon okey j'avoue, j'enfonce le poignard là... » Evidemment, le leader des Gardiens n'allait pas lui en tenir rigueur. Il connaissait la franchise légendaire de son ami et surtout, oui, il l'avouait complètement. Gamora lui faisait perdre tous ses moyens et est concrètement devenu son talon d'Achille autant que sa plus grande force. Un équilibre, qu'il croyait avoir perdu à tout jamais...

Les jours et les heures suivants furent comme une éternité pour lui. Sachant en plus qu'elle n'est qu'à quelques mètres de lui. La retrouver, était sa priorité, son obsession. L'univers tout entier pouvait bien exploser qu'il resterait là, à attendre son réveil, son rétablissement, le moindre signe de vie de sa part. Rocket fut réellement preuve de patience aussi et d'un soutient que Peter ne risque pas d'oublier de ci-tôt. C'est donc après quelques jours de patience, que Peter fut convoquer auprès des Xandariens. Plus calme et à l'écoute, ils pouvaient enfin lui parler plus distinctement de l'état de Gamora. Le jeune héros fit donc preuve d'un calme respectueux, ressentant tout de même une certaine reconnaissance envers ce peuple qui avait pris soin de son équipe et de Gamora. C'est la gorge nouée et attristé, que Peter tente d'avaler tous les mots de la Xandarienne. Sa chère et tendre semblait véritablement avoir vécu l'Enfer... Un Enfer qu'elle n'oubliera certainement jamais. Connaissant le fort caractère et la résistance de Gamora, pour qu'elle démontre autant de signes de traumatismes, il n'ose même pas imaginer ce qu'elle a vécu. Peter replia sa main contre sa bouche, bougeant nerveusement sa jambe droite et retenant ses larmes. Tout ça... tout ce qu'ils ont vécu, les ont changé à jamais.

C'est alors que la porte se mis soudainement à grincer. Extirpant brutalement Peter se ses songes. Son cœur se mis à battre vivement dans sa poitrine, quand ses yeux se posèrent sur Gamora. Il déglutit, puis se leva. En cet instant précis, plus rien n'existait autour de lui, hormis elle. Aucun mot, juste un regard, d'une intensité indescriptible et poignante. Quand elle s'approcha, il n'eut qu'à faire qu'un pas, avant de la réceptionner tendrement dans ses bras. Collant son corps bel et bien vivant contre le sien, respirant son odeur, ressentant sa chaleur... Un doux baiser au creux de son cou, puis il s'écarta à peine, pour plonger son regard dans le sien.

« Je suis... tellement désolé... »

Les yeux brillants, le héros de l'espace n'avait même pas la force de sortir une boutade. Même si son tempérament faisait qu'il en avait toujours une derrière la tête. Comme le fait que son teint vert lui cache toutes ses misères. Mais pas en cet instant... Il avait besoin de dire ces simples mots, qu'il ne dit jamais ô grand jamais d'ordinaire. Et elle comprendrait certainement, bien évidemment de quoi il parle...
 
(c) DΛNDELION

_________________


She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nom de code : the fearest woman of the galaxy.
Pouvoirs : none.

Mer 5 Sep 2018 - 20:30
help, i'm alive.
starmora.

« i tremble. they're gonna eat me alive. if i stumble, they're gonna eat me alive. can you heart my heart beating like a hammer? help, i'm alive, my heart keeps beating like a hammer. hard to be soft, tough to be tender.»
Elle est bien contre lui Gamora. Elle est beaucoup trop bien. C'est maintenant, à cet instant exact qu'elle se rend compte à quel point il lui à manqué, à quel point elle a besoin de lui. A quel point elle l'aime en fait. Parce que Gamora, c'est pas celle qui va hurler à la galaxie ses sentiments, c'est pas celle qui va être en quête de signe affectif, c'est pas celle qui va venir réclamer. Mais dans l'immédiat... dans l'immédiat, elle en a besoin. Parce qu'elle a besoin de lui. Oh bordel, ouais, il est littéralement son centre de gravité, celui qui lui permet de garder la tête droite, d'avoir foi en quelque chose. Elle, qui l'avait nié pendant si longtemps se retrouvait aujourd'hui dans la situation ou non, elle nierait plus, non, elle n'irait plus à l'encontre de ce qu'elle ressentait pour lui. Parce qu'il devait savoir. Et maintenant qu'elle avait succombé, faire un pas en arrière serait impossible.

Elle se laisse faire, la zen-whoberi, tandis qu'il s'écarte légèrement d'elle. Et elle, elle laisse son regard se plonger dans celui du blond, tandis qu'elle fronce les sourcils face à ses excuses. Elle a pas besoin de plus, la femme la plus dangereuse de la galaxie. Elle a pas besoin de toute une éloge, ou d'explication, car elle sait. Elle sait pourquoi il s'excuse. Bordel, pourquoi il s'infliger ça ? Il a pas besoin. Il a pas besoin de se faire mal comme ça. Pas lui. Pas lui qui est si jovial, si blagueur. Tout c'qu'elle méprisait à l'origine qui le rend, désormais, tellement extra aux yeux de la petite brune. « Peter... » qu'elle murmure de sa petite voix brisée avant de balayer la tête de gauche à droite. « Ne t'inflige pas ça. » son regard, il brille. Forcément. Gamora, elle est tellement brisée, tellement à fleur de peau que ses émotions, elles ressortent, comme ça, d'un coup, tandis qu'elle, elle est tellement heureuse de le revoir. Pourtant elle a mal Gamora, beaucoup trop mal. Alors forcément, elle est là, presque au bord des larmes, parce qu'elle est tiraillée. Y a la joie de le retrouver qui agit, mais la douleur de ce qui s'est passé, la peur, son ventre se tordant sous cette situation. Mais dans ses bras à lui, ça va. Parce que c'est leur bulle, leur bulle rien qu'à eux. Celle dans laquelle elle veux s'enfermer, éternellement, avec lui. Bordel, c'est pas elle normalement, mais lui, il la rend tellement différente. Gamora, avec lui, elle est moins impulsive, moins énervé. Parce qu'il arrive à lui faire naître des sourires sur son visage.

Elle vient poser sa main sur son visage, tentant de lui offrir un sourire qui se voudrait rassurant. Elle sait pas si ça marche, parce qu'elle a vraiment une sale gueule Gamora, avec ses cernes apparentes, ses joues creusées par la perte de poids presque flagrante et son teint beaucoup plus pâle que d'ordinaire. Elle doit faire peur. C'est presque à la limite si elle ressemblerait pas à un cadavre, malgré les efforts pour la maintenir du mieux. Autant dire qu'elle n'avait pas facilité les choses, détruite, brisée. Son esprit, à Gamora, y a plus aucune base solide tandis que ses propres démons auront eu le dessus, réussissant à la noyer dans un flot d'émotion la faisant se noyer dans les méandres de l'autodestruction. Car elle en était à ce stade Gamora, celui de l'autodestruction, ce qui expliquait ce manque d'alimentation, ce manque de sommeil. Les Xandariens avaient prit le dessus, car il n'y avait pas eu d'autre solution. Sinon, elle serait probablement vraiment morte à cette heure là.

Elle laisse ses doigts glisser sur sa peau tandis qu'elle niche sa main dans sa nuque, gardant son pouce venant simplement caresser sa joue. « Si tu savais comme je suis heureuse de te retrouver. » elle dit, simplement. Puis Gamora, elle est plus petite que lui, alors forcément, elle vient se mettre sur la pointe des pieds tandis qu'elle vient déposer ses lèvres contre celles du blond. Parce qu'elle en a besoin de ce contact, parce qu'elle a besoin de le sentir là, contre elle, autant qu'elle le peu. Alors, elle le fait, et sentir ses lèvres contre les siennes, c'est probablement la meilleure sensation qu'il soit. Au point que Gamora, elle laisse glisser les larmes sur ses joues. Parce que l'émotion est là. Parce qu'elle a besoin de lui. C'est vital. Ouais. Vital. Il est son moyen de survivre, et savoir qu'il est là, devant elle, en parfaite santé, ça lui fait du bien, ça la fait revivre. Son cœur, il bat dans sa poitrine, si fort qu'elle le sent, cogner contre ses côtes, comme hurlant au monde que ce type lui faisait cet effet là. Cet effet. L'effet de la rendre toute chose, de lui faire perdre ses moyens, de la faire devenir la femme la plus guimauve de la galaxie. Ouais, elle l'aimait. Et ouais, c'était pas juste des paroles en l'air quand elle le disait, c'était pas juste un au revoir. Elle l'aimait vraiment, plus que n'importe quoi.

Y a la Xandarienne qui tousse, comme pour rappeler sa présence. Autant dire que Gamora ne lui avait pas vraiment tenu rigueur, malgré le fait qu'elle, elle continuait inlassablement de s'occuper de la zen-whoberi. Gamora, elle retombe sur ses talons tandis que ses lèvres se séparent de Quill. Elle lui sourit, tandis qu'elle déplace sa main pour venir attraper sa main, entrelacer leur doigt sans pour autant le quitter du regard. Parce qu'elle veux pas, le quitter du regard en fait. C'est la meilleure vision qu'elle ait pu avoir ces derniers jours. « Vous devriez pas bouger de votre lit. » qu'elle gronde presque tandis que Gamora, elle se retourne vers elle, toujours cet air entre perdu et innocent. « Votre état est loin d'être stable. » et elle sait qu'elle a raison. Qu'elle est faible. Elle le sent Gamora, tandis que ses membres sont lourds, que son corps entier pèse. Elle hausse les épaules. Elle sait que si elle se pli pas aux exigences, elle aura probablement le droit à un sédatif. « Il vient avec moi. » la zen-whoberi fini par lâcher tandis que la blonde en face d'elle ne semble pas omettre d'objection. Alors Gamora, elle avance, tirant Quill avec elle pour qu'il la suive, la xandarienne fermant la marche après eux, probablement pour s'assurer que la brune à la peau émeraude retourne dans son lit.
Gamora, elle vient enrouler son bras autour de celui de Peter en fait. Parce que ouais, elle a besoin de le sentir contre elle. Elle redresse le regard vers lui, cet éternel air de gamine toujours là, dans un coin, refaisant surface. « Je te quitte plus. » elle dit, tandis que sa voix sonne sincère. Tellement sincère. Parce que ouais, elle l'aime. Beaucoup trop.
 
(c) DΛNDELION

_________________

without you, i feel broke like i'm half of a all, without you i've got no hand to hold. without you, i feel torn like a sail in a storm. without you, i'm just a sad song.(c) tiny heart.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 28
Nom de code : Star-Lord
Pouvoirs : Résistance, récupération et performances améliorées. Combattant, tireur d'élite et voleur expert. Pilote qualifié.
Du Texte :
Guardian of the Galaxy


Lun 10 Sep 2018 - 8:07
help, i'm alive.
starmora.

« i tremble. they're gonna eat me alive. if i stumble, they're gonna eat me alive. can you heart my heart beating like a hammer? help, i'm alive, my heart keeps beating like a hammer. hard to be soft, tough to be tender.»
Cet instant, où il ressent encore le corps chaud et bien en vie de Gamora, il n'a cessé d'en rêver depuis sa disparition. Variant cela à de nombreux cauchemars sur Thanos et la destruction de l'Univers, de son équipe... Peter avait tant changé depuis tous ces bouleversement. Lui pourtant si jovial, chaleureux et toujours le premier à faire naître un sourire chez quelqu'un, s'est obscurci. Il était redevenu le petit garçon, qui venait de perdre sa mère. Une fois de plus, il a perdu tous ses piliers. Et cela était en grande partie de sa faute. S'il avait été capable de faire ce qui est nécessaire et non de suivre constamment son cœur. C'est donc pour cela qu'en cet instant précis, Peter avait véritablement l'impression de vivre un rêve. Les larmes aux yeux, il les plongea tendrement dans ceux de Gamora qui lui interdisait de s'infliger ça. Mais comment ? Non, c'était impossible. Bien qu'elle soit là, devant lui, il s'était planté et avait mis celle qu'il aime plus que tout en danger. Il ne supportait pas l'idée, qu'elle ait pu vivre l'Enfer. Lui qui désire tant, la protéger, l'écarter de tout malheur. Pour toujours, il s'en voudra.

L'amour qu'il ressent pour elle, ne cesse de s'amplifier depuis le premier instant où son regard a croisé le sien. Il avait beau faire le pitre devant elle, c'était bien souvent, pour cacher cette vulnérabilité qu'elle arrive à créer si facilement au sein de sa carapace. Il l'aimait, à un point inimaginable. Quand la belle vint déposer ses lèvres contre les siennes, son cœur se mis à battre la chamade dans sa poitrine. Et ses larmes, à couler également. Savourant la douceur de ses lèvres, qu'il a désiré si longtemps et qu'il croyait ne plus jamais pouvoir embrasser. Lui aussi, était tellement heureux de la retrouver. Bien qu'il s'inquiétait encore grandement de son état. Sachant pertinemment, qu'elle n'était pas tout à fait sortie d'affaire. Quill prolongea langoureusement l'échange, comme si plus rien n'existait autour de lui. Avant d'entendre les toussotements de la Xandarienne. Si ça ne tenait qu'à lui, il aurait comme si de rien n'était et aurait continué ouvertement à l'embrasser et à la câliner devant tout le monde. Mais il en avait déjà fait suffisamment depuis son arrivé ici.

C'est donc sagement, qu'il s'écarta de Gamora, serrant tendrement ses doigts entre les siens tout en jetant un petit regard foudroyant à la Xandarienne, bien que finalement compréhensif. Enfin, un sourire vint naître sur les lèvres du super-héros, en réponse à celui de sa chère et tendre. Réalisant lentement, mais sûrement, qu'il l'avait vraiment retrouvé. Lui, qui a toujours plus cru en la mort qu'à la résurrection. Il se racla la gorge un instant, pour essayer de retrouver sa prestance. Elle, qui a tellement le don pour le déboussoler, lui faire perdre la tête. Il laissa donc Gamora s'arranger avec la Xandarienne pour qu'il puisse rester à ses côtés pendant qu'elle se repose. Fort heureusement, il n'eut pas besoin d'insister que la requête fut accepter sans effort. Ils quittèrent donc tous les deux la pièce et le jeune homme n'oublia pas de saluer la martienne d'un petit geste familier de la main. Marchant aux côtés de Gamora, le regard rêveur, surtout en la sentant s'agripper à son bras. L'air de rien, lui non plus n'avait pas pour habitude d'être aussi ouvertement sentimental. Mais ce qu'ils venaient de vivre tous les deux, leur avait sûrement ouvert les yeux sur beaucoup de choses...

« Oh ça non... T'as même plutôt intérêt. »

Progressivement, cette petite flamme qui pétille chez Peter, commençait à renaître. Échangeant un regard et un petit sourire malicieux avec sa belle. Il ne la laisserait plus s'échapper de toute manière.

« Moi aussi, je suis vraiment heureux de te retrouver... »

Les yeux du héros de l'espace ne pouvaient cacher tout l'amour qu'il ressentait pour elle. Malgré son naturel plaisantin, qui n'était jamais bien loin. Du moins suffisamment, pour reprendre rapidement le dessus. En toute situation.

« Même si tu donnes l'impression d'avoir pris la plus grosse cuite de ta vie, tu restes toujours aussi sexy. »

Peter gloussa doucement de sa bêtise, dans l'espoir de faire sourire sa belle, encore et toujours. Cette complicité qui les anime tous les deux, lui avait aussi tellement manqué. Tant de choses en fait... La liste serait bien trop longue. Doucement, ils arrivèrent à la chambre et Peter l'aida à y entrer, mais aussi à se poser. Examinant un instant les lieux, comme par réflexe, pour s'assurer de sa sécurité et de son bien être. Il inspira une grande bouffée d'air, un léger malaise l'envahissant de nouveau, quand il admira Gamora avec un peu de recul. Elle avait l'air si... dévasté. Faible. Peter baissa la tête, craignant de devoir poser cette fameuse question.

« Comment vas-tu ? »
 
(c) DΛNDELION

_________________


She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


help, i'm alive. (peter&gamora)
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum